Femmes orientales dans la carte postale coloniale

Description

En Algérie, à partir des années 1860, des représentations de femmes orientales commencent à alimenter le riche et déjà prolixe marché de l'Orientalisme.

Très inspirées de la peinture, les photographies de femmes qui sont produites entre 1860 et 1910 révèlent le plus souvent des "clichés" sur un univers féminin maghrébin - rural et urbain, sédentaire et nomade, public et privé, pauvre et riche - encore totalement clos et inconnu des Occidentaux. Ce qui alimente en partie le fantasme récurrent du dévoilement, puis du dénudement progressif de ces femmes que l'on retrouve continûment dans l'iconographie orientaliste, puis coloniale.

Bien que très marquées esthétiquement et idéologiquement, les cartes postales massivement tirées de ces images à partir du début du XXe siècle montrent donc, à travers un voyeurisme largement à l'œuvre, une mise à disposition symbolique des femmes. En même temps, ces cartes postales sont aussi la trace tangible de l'existence d'individus de l'entre-deux, posant dans les salons des photographes occidentaux, qui ont été inscrits dès 1830, par la colonisation, en femmes de la mixité (sexuelle, sociale, culturelle) et qui par là même ont brouillé les frontières de l'ordre colonial.

Merci au musée de l'Histoire vivante de Montreuil sous Bois pour la mise à disposition de sa collection de cartes postales coloniales françaisesà partir de laquelle cette exposition a été réalisée.

Créateur

Taraud Christelle

Collection Items

View all 73 items