Concours des mères

Concours des mères, anonyme, reproduit dans la Page des jeunes illustrée, 1932, Paris, Archives de l'Action catholique des femmes, © Action catholique des femmes.

Selon les souhaits du pape Pie XI, les deux ligues concurrentes, Ligue patriotique des Françaises et Ligue des femmes françaises fusionnent pour donner naissance à la Ligue féminine d'action catholique française. Celle-ci est moins ouvertement liée aux formations politiques conservatrices que les deux organisations précédentes. En effet, d'une part l'action catholique doit se situer au dehors de l'activité politique, d'autre part, cela permet d'unir des ligues aux sensibilités politiques différentes. C'est dans les paroisses qu'elle mène son action religieuse et sociale

L'accent mis sur les devoirs maternels devient plus fort après la Grande Guerre. En 1919 on crée à la Ligue le Prix des mères méritantes qui récompense les mères de plus de huit enfants, si possible mères de prêtres ou de soldats tombés au champ d'honneur.

La promotion de la maternité et du « travail à domicile », qui devient synonyme de travail ménager, est un thème majeur de l'association. Rationalisé, encadré, enseigné de façon systématique, le travail domestique  est revalorisé afin de convaincre les travailleuses d'avoir plus d'enfants et de rester auprès d'eux pour leur transmettre la foi et l'amour de la patrie. La ménagère est la clef de voûte de l'édifice familial, lui-même cellule de base de la société.