Heures à l’usage de Rome (folio 5 v, ms. 3026, Leber 142)

Heures à l’usage de Rome (folio 5 v, ms. 3026, Leber 142), anonyme (Bruges), 1510, enluminure, 19,5 x 13,5 (cm), Rouen, Bibliothèque Municipale, © Rouen, Bibliothèque Municipale. 

Ce célèbre livre d'heures a été réalisé en Flandres au début du XVIe siècle, soit au début de la Renaissance. Il commence comme tous les livres d'heures médiévaux par un calendrier illustré des travaux  et occupations des mois. Mai est orné d'une miniature représentant deux jeunes femmes et un homme jouant de la flûte dans une barque ornée de feuillages. A l'arrière, des cavaliers partent à la chasse.

Le thème de la promenade amoureuse au mois de mai est un poncif de l'iconographie profane médiévale. Tous les poètes, du XIIe au XVe siècle, le reprennent et le répètent : avec le printemps, la « reverdie », reviennent les amours. C'est donc une relation, ou du moins une conquête amoureuse idéale qui illustre le mois de mai : les deux jeunes femmes sagement assises écoutent calmement le musicien, qui tente probablement de les séduire. Il ne s'agit pas d'un valet : contrairement au rameur, il est assis sous le dais, dans le même espace que les dames.

Aucune limite claire ne sépare ici l'espace des hommes de celui des femmes : ils sont réunis dans la barque sous le dais, et peut-être également dans la chasse (les représentations de femmes chassant ne sont pas rares, du moins pour la volerie). Le temps du printemps, et particulièrement celui du mois de mai, est celui de la rencontre.