Un enfant, si je veux…quand je veux (cote AVO92)

Un enfant, si je veux…quand je veux (cote AVO92), Planning Familial Confédération Nationale, 1978, affiche, 40x60 (cm), Paris, Centre de Documentation du MFPF, © MFPF. 

« Un enfant… si je veux… quand je veux » : l'impact et le succès durable de ce slogan est emblématique du caractère central de cette revendication de « pouvoir choisir » dans le combat du MFPF, et cela, depuis ses débuts. L'image des trois profils qui accompagne ce slogan dans cette affiche a sans doute moins frappé l'opinion publique.

Cela implique une remise en cause directe de la loi de 1920 qui interdit toute forme de contrôle et donc de planification des naissances. L'idée défendue est que le désir de maternité apporte le bonheur aux parents autant qu'à l'enfant.

Cette idée finit par s'imposer à la suite d'un long combat qui connaît plusieurs étapes. Au départ, le MFPF réclame uniquement la contraception pour lutter contre l'avortement qui est vu comme un fléau social né de l'impossibilité de réguler les maternités. Il ne s'agit pas de libéraliser l'avortement qui serait réservé à certains cas particuliers. Mais dans les années 1970, à la suite de l'action du MLF et de la création du MLAC qui réclament un avortement libre et gratuit, le MFPF se range lui aussi derrière cette revendication. C'est le moment où les structures du MFPF changent et sont reprises en main par des militantes féministes tandis que la majorité des médecins quittent l'organisation.

C'est ce que suggère cette affiche de 1978 qui, contrairement aux premières affiches, ne met plus en scène le couple mais des femmes. Le 17 janvier 1975, la loi Veil est promulguée. Elle autorise l'IVG dans les dix premières semaines de grossesse. La loi est « expérimentale » pour une durée de cinq ans. Le Planning agira pour une application effective ainsi que pour son adoption définitive, acquise le 30 novembre 1979.

Enfant désiré ou enfant subi

L’idée centrale du Planning familial est qu’une maternité désirée plutôt que consentie est une condition essentielle du bonheur. Au fil des années, deux rhétoriques distinctes sont employées pour développer ce même argument.

De la rhétorique scientifique…

« Plus un enfant comble l’ensemble des désirs de ceux qui l’accueillent en ce monde, plus il a de chances d’être comblé lui-même sur le plan affectif, moral et même, pourrait-on dire biologique […] et la psychologie découvre chaque jour davantage l’importance de l’amour et, bien entendu d’un amour équilibré, pour le développement psychique et même physique des petits d’homme. »
Contraception, avortement, 1920 : les hommes décident, 1974 : nous décidons nous-mêmes (cote AVO84)

Contraception, avortement, 1920 : les hommes décident, 1974 : nous décidons nous-mêmes (cote AVO84), Gilles Tautin, Planning Familial Confédération Nationale, 1974, affiche, 32x45 (cm), Paris, Centre de Documentation du MFPF, © MFPF.

Le rôle du MLAC

En 1973 est créé le Mouvement pour la Liberté de l'Avortement et de la Contraception, sorte de trait d'union entre le MLF, le MFPF, les syndicats et les partis politiques : il possède deux vice-présidentes, Jeannette Laot (CFDT) et Simone Iff (présidente du MFPF). C'est une association mixte qui regroupe des membres du PS, du PSU, de la CFDT, mais aussi des personnes sans rattachement partisan. La condition d'adhésion au mouvement est l'acceptation de la Charte qui mélange « le vocabulaire classique de l'extrême-gauche et de la gauche » et un « discours féministe ». Cette charte affirme que « le MLAC luttera pour que les gens imposent la création de centres qui mettront à la disposition de tous, dans les meilleures conditions, l'information sexuelle, la contraception, l'avortement et leur popularisation ».

La pratique d'avortements est donc préconisée par le MLAC qui donne à sa position une grande publicité. Sa spécificité est de faire passer cette revendication dans les mouvements de gauche et de l'inscrire en même temps dans le prolongement des luttes années 1968.

Le changement de position du MFPF

Lors de sa création, Maternité Heureuse soutient l'idée que l'avortement est un pis-aller qu'il faut tenter d'éliminer par le développement de la contraception. Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé, la fondatrice de l'association, est personnellement opposée à la libéralisation de l'avortement. En revanche certains membres du collège des médecins, pensent qu'il faut procéder par étapes, d'abord la libéralisation de la contraception, ensuite celle de l'avortement. Ils sont à l'origine de la création de l'ANEA (l'Association Nationale pour l'Etude de l'Avortement) en 1969. Ils décident en 1971 de pratiquer illégalement des avortements dans les cas où la grossesse met en danger la mère ou l'enfant, dans les cas de viol ou d'inceste, pour les mineures de moins de 15 ans et pour « des indications sociales d'une gravité indiscutable ». Dans ces cas, les femmes désirant avorter passeront devant une commission comportant un gynécologue, un accoucheur ou un chirurgien, un généraliste ou un spécialiste, un juriste, un travailleur social. L'ANEA reste dans la logique de la décision médicale pour avortement thérapeutique.

C'est en 1973 que le vrai tournant a lieu, lors du 10e congrès de la Confédération du MFPF. Simone Iff, sa présidente, annonce que « ne voulant pas dans les circonstances actuelles fuir ses responsabilités, le MFPF qui depuis quinze années combat pour l'information sexuelle et la contraception, […] se prononce en faveur de l'avortement et la contraception libres et remboursés par la Sécurité sociale, c'est-à-dire qu'il s'opposera toujours à toute restriction au libre choix de la femme, mineure y compris ». Des avortements seront donc pratiqués par les fédérations du MFPF pour « mettre les pouvoirs publics devant leur responsabilité ».

Ce communiqué évoque les « circonstances actuelles ». On pense alors aux pressions exercées par le MLF et le MLAC. La légitimité médicale fait place à la légitimité politique. C'est ce qu'exprime cette affiche de 1974 en opposant les hommes aux femmes (le « nous » exprime une conscience de genre) mais aussi la loi à la voix de la rue et le passé (1920) au présent (1974). Elle met en scène ce qui ressemble fort à une manifestation du MLF : des femmes qui chantent, qui crient pour affirmer leur liberté de choisir. Au moment où la loi Veil est discutée, le MFPF exprime la liberté, pour les femmes, de disposer de leur corps. L' affiche traduit aussi l'effacement du pouvoir des médecins dans l'association au bénéfice des féministes militantes et à leur « base » : les femmes de la rue.

La liberté d’être mère (cote FEM 155)

La liberté d’être mère (cote FEM 155), Planning Familial Confédération Nationale, 1986, affiche, 47,5x68 (cm), Paris, Centre de Documentation du MFPF, © MFPF.

La mise en œuvre du droit d’avorter

Le Planning exige toujours de nettes améliorations dans l’application de la loi Veil. Combien de médecins refusent encore de pratiquer des IVG en invoquant la clause de conscience ? Dans combien d’hôpitaux faut-il contourner le refus des médecins gynécologues hospitaliers pour mettre en place le dispositif prévu par la loi Veil ?

Une fois la loi Veil confirmée en 1979, le problème du coût de l’IVG demeure entier. Son remboursement faisait partie des promesses du candidat François Mitterrand. En décembre 1982, le MFPF se réjouit de ce remboursement : le MFPF n’est pas seulement une association féministe qui dénonce, il se réjouit des progrès et avancées législatives. 65 % des personnes interrogées pour un sondage approuvent cette mesure. Que de chemin parcouru en vingt ans…